Écoresponsabilité

Changer les habitudes et optimiser les pratiques pour rendre l’imagerie plus verte

Pour réduire l’impact écologique de l’imagerie médicale, des chercheurs canadiens suggèrent notamment de recycler les équipements et d’abréger les protocoles.

Le 11/06/24 à 7:00, mise à jour le 13/06/24 à 9:18 Lecture 2 min.

Les stratégies visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre comprennent notamment la transition vers des sources d'énergie renouvelables, la remise à neuf plutôt que le remplacement des appareils d'imagerie, l’utilisation de matériels réutilisables plutôt que jetables, et la mise hors tension des équipements lorsqu’ils ne sont pas utilisés (photo d'illustration). © Carla Ferrand

Dans le combat contre le réchauffement climatique, quel est le rôle des professionnels de l’imagerie ? Cette problématique a fait l’objet d’une étude menée par des radiologues de l’université de Toronto (Canada) et publiée le 23 avril dans Radiology [1].

Prise de conscience

« L’objectif de cet article est d’accroître la prise de conscience de l’interconnexion entre la santé de la planète et la radiologie, de souligner pourquoi les radiologues devraient se préoccuper du développement durable, de présenter les actions qui peuvent être mises en œuvre pour atténuer notre impact et de préparer les services à s’adapter aux effets du changement climatique », explique Kate Hanneman, l’auteure principale de l’étude, dans un communiqué de la Société nord-américaine de radiologie (RSNA). Les estimations montrent que l’imagerie médicale serait responsable de 1 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Face à ce constat, l’équipe canadienne propose une approche coordonnée et des actions concrètes que les radiologues peuvent mettre en œuvre « pour aider à préserver la santé de la planète et, en retour, améliorer la santé de leurs patients ».

Une équipe dédiée au développement durable

Les chercheurs suggèrent notamment de créer une équipe chargée du développement durable dans les services de radiologie, et de mettre en place un tableau de bord pour suivre et mesurer les paramètres clés et les indicateurs de performance. Cette équipe chargée du développement durable serait constituée de radiologues, manipulateurs radio, membres de la direction, ingénieurs biomédicaux et responsables informatiques. Les stratégies visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre comprennent notamment la transition vers des sources d’énergie renouvelables, la remise à neuf plutôt que le remplacement des appareils d’imagerie, l’utilisation de matériels réutilisables plutôt que jetables, et la mise hors tension des équipements lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Adapter les outils et les pratiques

« Le fait d’éteindre les machines ou de les mettre en veille lorsqu’elles ne sont pas utilisées permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 33 % pour l’IRM et de 40 à 80 % pour le scanner », rappelle Kate Hanneman. D’autres solutions seraient d’utiliser des outils d’aide à la décision pour choisir des examens d’imagerie à faible consommation d’énergie lorsqu’ils sont appropriés, d’abréger les protocoles d’imagerie et d’étendre l’utilisation des applications cliniques d’IRM à bas champ.

Auteurs

Carla Ferrand

Bibliographie

  1. McKee H., Brown M. J., Kim H. H R. et al, « Planetary Health and Radiology: Why We Should Care and What We Can Do », Radiology, avril 2024, vol. 311, n° 1. DOI : https://doi.org/10.1148/radiol.240219.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Tech Imago

13:31

L'Association française du personnel paramédical d'électroradiologie (AFPPE) et la Société française de radiologie (SFR) ont lancé un appel à candidatures pour leur Prix Recherche SFR/AFPPE dédié aux manipulateurs. Les personnes intéressées ont jusqu'au 4 septembre pour déposer leur dossier. Détails sur le site de l'AFPPE.

7:32

Des membres de l'Association française des techniciens en médecine nucléaire (AFTMN) et du Conseil national professionnel des manipulateur (CNPMEM) se sont rendus au Sénat pour participer à un groupe de travail sur la radiothérapie interne vectorisée.
13 Juin

13:54

L’embolisation de l’artère prostatique est un traitement sûr et efficace de l’hyperplasie bénigne de la prostate, améliorant les symptômes des voies urinaires inférieures et la qualité de vie, conclut une étude publiée dans Academic Radiology.

7:31

Une IRM a été officiellement inaugurée ce 22 mai au centre hospitalier de Ploërmel dans le Morbihan, d'après Ouest-France.
Tech Imago

GRATUIT
VOIR