Dépistage mammographique

Le risque de développer un cancer du sein après un faux positif diffère selon des caractéristiques individuelles

Un âge plus avancé, une densité mammaire plus faible et le fait d’avoir subi une biopsie sont associés à des risques plus importants de développer un cancer du sein dans les années qui suivent un dépistage qui a donné un résultat faux positif, selon une étude menée au sein d’une cohorte suédoise.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 19/12/23 à 7:00, mise à jour le 19/12/23 à 11:11 Lecture 2 min.

Les résultats de cette étude suggèrent que l’élaboration de programmes de surveillance personnalisés peut être bénéfique pour les femmes ayant obtenu un résultat faussement positif (photo d'illustration). © Solenn Duplessy

Le dépistage par mammographie est associé à un nombre élevé de résultats faussement positifs. En Europe, cela correspond à un risque cumulé important, rappellent les auteurs d’une étude publiée dans JAMA Oncology [1]. « Après 10 dépistages, environ 1 femme sur 5 en Europe aura au moins 1 résultat de mammographie faussement positif », indiquent-ils en citant notamment des données norvégiennes [2].

Une étude de cohorte suédoise

Dans le cadre de cette étude de cohorte appariée basée sur la population suédoise, menée de janvier 1991 à mars 2020, les chercheurs ont examiné les résultats à long terme après un résultat de mammographie faussement positif, en utilisant les données du programme de dépistage par mammographie de Stockholm. Bien que des études antérieures aient démontré un risque accru de développer un cancer du sein dans les 10 ans suivant des résultats de mammographie faussement positifs, peu de résultats déterminent si ce risque diffère selon les caractéristiques individuelles

Il vous reste 63% de l’article à lire

Tech Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Tech Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DE LANCEMENT

1€

pendant 1 mois
puis 13 €/mois

S’abonner à Tech Imago

Auteurs

Solenn Duplessy

Bibliographie

  1. Mao X., He W., Humphreys K. et coll., « Breast Cancer Incidence After a False-Positive Mammography Result », JAMA Oncology, novembre 2023. DOI : 10.1001/jamaoncol.2023.4519.
  2. Roman M., Hubbard R. A., Sebuodegard S. et coll., « The cumulative risk of false-positive results in the Norwegian Breast Cancer Screening Program: updated results », Cancer, 2013, vol. 119, n° 22, p. 3952-3958. DOI : 10.1002/cncr.28320.

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Tech Imago

13:31

L'Association française du personnel paramédical d'électroradiologie (AFPPE) et la Société française de radiologie (SFR) ont lancé un appel à candidatures pour leur Prix Recherche SFR/AFPPE dédié aux manipulateurs. Les personnes intéressées ont jusqu'au 4 septembre pour déposer leur dossier. Détails sur le site de l'AFPPE.

7:32

Des membres de l'Association française des techniciens en médecine nucléaire (AFTMN) et du Conseil national professionnel des manipulateur (CNPMEM) se sont rendus au Sénat pour participer à un groupe de travail sur la radiothérapie interne vectorisée.
13 Juin

13:54

L’embolisation de l’artère prostatique est un traitement sûr et efficace de l’hyperplasie bénigne de la prostate, améliorant les symptômes des voies urinaires inférieures et la qualité de vie, conclut une étude publiée dans Academic Radiology.

7:31

Une IRM a été officiellement inaugurée ce 22 mai au centre hospitalier de Ploërmel dans le Morbihan, d'après Ouest-France.
Tech Imago

GRATUIT
VOIR