Décret d'actes

Quelles sont les règles de l’exercice du manipulateur en téléradiologie ?

L’exercice des manipulateurs en téléradiologie obéit aux mêmes règles et contraintes qu’en « présentiel », avec des exigences supplémentaires liées à la pratique de la télémédecine.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 06/02/24 à 7:00, mise à jour le 28/02/24 à 15:31 Lecture 3 min.
Manipulateur Radiographie Médipôle Dax © Carla Ferrand

Même depuis un autre établissement, le médecin est responsable des actes des manipulateurs, auxquels il doit fournir une prescription (photo d'illustration). © Carla Ferrand

Dans une « fiche Mémo » parue en mai 2019, la Haute Autorité de santé (HAS) émet des recommandations concernant l’activité de téléradiologie, qui s’appuient sur la charte de téléradiologie produite par le G4 et validées par le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM). Ce document rappelle en préambule que les actes de télé-imagerie sont des actes médicaux et qu’à ce titre, « ils répondent aux exigences de l’exercice médical », à savoir aux lois et règlements applicables – notamment les conditions d’exercice – aux exigences de qualité, aux règles de déontologie et aux standards de la pratique clinique.

Pas de régime d’exception

Les lois et règlements applicables à l’exercice des manipulateurs ont été fixés dans le décret d’actes du 5 décembre 2016. Ce dernier n’a pas mis en place de régime d’exception pour les examens interprétés à distance. L’article R4351-1 du Code de la santé publique, dans sa rédaction issue de ce décret, prévoit que les manipulateurs interviennent « sur pr

Il vous reste 75% de l’article à lire

Tech Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Tech Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DE LANCEMENT

1€

pendant 1 mois
puis 13 €/mois

S’abonner à Tech Imago

Auteurs

Jérome Hoff

Rédacteur en chef adjoint

Voir la fiche de l’auteur

Discussion

2 commentaires

Commenter cet article
  1. Jean Yves Labatj'ai un doute sur la validité du décret de 2026... Merci pour ces précisions sur une activité en devenir afin de limiter les dérives.
    Il y a 3 mois
    1 réponse
    1. Jérome HoffBonjour et merci pour votre vigilance. L'erreur est corrigée.
      Il y a 3 mois

Laisser un commentaire

Le fil Tech Imago

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.

7:45

L’imagerie en phase tardive ne fournit pas d’information diagnostique supplémentaire significative chez les patients qui passent un scanner multiphasique pour évaluer une suspicion d’hémorragie active, mais elle est associée à une augmentation de la durée de l’examen et de l’exposition aux rayonnements (étude).
23 Mai

13:31

Un algorithme de reconstruction quantique itérative (QIR) peut améliorer la qualité des images d'angiographie coronarienne de haute résolution sans compromettre la netteté de l'image ou les mesures précises de sténose, indique une étude publiée dans European Journal of Radiology

7:31

Dans une étude incluant près de 5000 patients, des caractéristiques telles que l'origine ethnique et l’âge étaient susceptibles d’engendrer des résultats faussement positifs après des examens de tomosynthèse mammaire numérique interprétés à l’aide d’un algorithme d’IA approuvé par la FDA.

Tech Imago

GRATUIT
VOIR