Recherche paramédicale

Comment faire de la recherche en tant que MERM en France ?

De plus en plus de MERM se laissent tenter par la recherche paramédicale. Comment se lancer dans l’aventure ? Décryptage avec Samuel Guigo, MERM au CHU de Brest et investigateur principal du PHRIP ANEV3D.

icon réservé aux abonnésArticle réservé aux abonnés
Le 13/10/23 à 7:00, mise à jour le 19/10/23 à 11:15 Lecture 1 min.

Pour passer le cap, Samuel Guigo conseille de commencer par un DU spécialisé (photo d'illustration). D. R.

Longtemps vue comme le pré carré des radiologues, la recherche est aujourd’hui en plein boom chez les MERM, dans son versant paramédical. « En 2019, j’étais le quatrième manip à avoir un PHRIP depuis 2011, et mi-2022 il y avait déjà 10 manips qui avaient un PHRIP », s’enthousiasmait Samuel Guigo, MERM au CHU de Brest et investigateur principal du programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale (PHRIP) ANEV3D mis à l’honneur lors des Journées des cadres d’imagerie organisées par l’AFPPE en mai 2022. Les raisons derrière cette courbe « exponentielle » de candidats à la recherche ? « Une recherche désacralisée, beaucoup plus abordable et accessible », résumait le MERM brestois en août 2022 pour Tech Imago, à l’occasion d’un entretien concernant les dernières avancées de son PHRIP ANEV3D.

Un DU spécialisé pour commencer

Pour passer le cap, Samuel Guigo conseille de commencer par un DU spécialisé. « J’ai fait partie de la première promotion du DU MERC à Montpellier, confie

Il vous reste 59% de l’article à lire

Tech Imago réserve cet article à ses abonnés

S'abonner à l'édition
  • Tous les contenus « abonnés » en illimité
  • Le journal numérique en avant-première
  • Newsletters exclusives, club abonnés

Abonnez-vous !

Tech Imago en illimité sur desktop, tablette, smartphone, une offre 100% numérique

OFFRE DE LANCEMENT

1€

pendant 1 mois
puis 13 €/mois

S’abonner à Tech Imago

Auteurs

François Mallordy

Discussion

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Le fil Tech Imago

13:30

L’ajout de la TEP-TDM au F-18 fluroestradiol (FES) à la biopsie et l’immunohistochimie peut augmenter la précision diagnostique du statut des récepteurs d’œstrogènes dans le cancer du sein, en particulier en présence de lésions multiples. Les avantages s’expriment dans l’évitement des biopsies répétées et des traitements inutiles, indique une étude, qui identifie également de potentielles économies de coûts.

7:45

L’imagerie en phase tardive ne fournit pas d’information diagnostique supplémentaire significative chez les patients qui passent un scanner multiphasique pour évaluer une suspicion d’hémorragie active, mais elle est associée à une augmentation de la durée de l’examen et de l’exposition aux rayonnements (étude).
23 Mai

13:31

Un algorithme de reconstruction quantique itérative (QIR) peut améliorer la qualité des images d'angiographie coronarienne de haute résolution sans compromettre la netteté de l'image ou les mesures précises de sténose, indique une étude publiée dans European Journal of Radiology

7:31

Dans une étude incluant près de 5000 patients, des caractéristiques telles que l'origine ethnique et l’âge étaient susceptibles d’engendrer des résultats faussement positifs après des examens de tomosynthèse mammaire numérique interprétés à l’aide d’un algorithme d’IA approuvé par la FDA.

Tech Imago

GRATUIT
VOIR